humeurs

Ecriture, animaux, FB,

Unknown 4

La facilité avec laquelle certains publient des livres bâclés ne doit pas nous conduire à oublier d’aimer notre art. De la même façon que l’ébéniste ne va pas se sentir amoindri par le désir industriel d’un fabricant de meubles suédois. Être fiers de notre art est une manière de le défendre quand nous sommes confrontés à des personnes qui ont perdu le sens de ce qui est important et avec qui nous travaillons parfois. Être fiers de notre art permet de tenir bon quand on se trouve face à nos deux ennemis : ceux qui n’ont que des chiffres en tête et ceux qui trouvent dans la littérature un moyen d’exercer une police du goût. Cette fierté n’est pas une pose, elle va de pair avec une pratique intensive et une absence d’arrogance. Lisons des livres sur la création, écrivons sur le sujet, analysons, remettons en cause nos préjugés et les hiérarchies. Parlons de narration, de dramaturgie, d’imagination, de construction, de nos outils et de nos techniques. Manuel d’écriture et de survie, Page

Je n’écoutais pas Lou Douillon, parce qu’elle était « fille de », et que les films qui la déshabillaient systématiquement ne prêchaient pas pour ses talents, mais j’avais tort. Son dernier album Lay Low a une véritable ambiance et elle a une belle voix. Nostalgique et fatiguée, un peu décalée, il ne faut jamais s’attacher aux topi, on le sait depuis Flaubert. Pour les fils de, il y a des sucreries dont on ne se lasse pas : « BOURREAU Toujours de père en fils. « (dictionnaire des idées reçues, Flaubert).

Le temps frissonne, et les oiseaux dessinent sur les fils électriques, les mots du départ, dans des bruissements acidulés au-dessus desquels le milan guette. Il y a toujours un oiseau de proie au-dessus des foules rassemblées.

Ai fait visionner « La Vague » à mes élèves, et me suis rendue compte que tous les éléments étaient rassemblés pour une nouvelle autocratie à la mode de papa. Réalisé aussi que l’élitisme, et la volonté d’appartenir à un groupe à une entité référentielle restaient des désirs puissants chez les adolescents.

Face book : il n’y a pas que les photos qu’on passe au cascher du Photoshop, tout y est une mise en scène : de ses performances, goûts et dégoûts une survalorisation de ses idées (ou plutôt du « partage » des idées des autres) et les animaux. Les animaux comme bonne conscience et indice du fait que « je suis une bonne personne et heureusement qu’il y a les animaux dans ce gros vilain monde. » Une article général, puis dix chats, deux oiseaux, cinq singes, ouf. Fesse de bouc, pour plagier je ne sais plus qui.

Parler des livres des autres, pour s’acquérir leur bienveillance, surtout quand ils appartiennent à une maison d’édition dont on vise la porte. Chère Madame Truc ou Monsieur Machin, que vous êtes joli que vous me semblez beau ! Tant pis pour les vrais écrivains dans des maisons qui ne font envie à personne. D’aucuns vont dire que… Et que tu es gentille et que tu es trop magnifique (s’interroger sur cet adverbe « trop » qui a remplacé le classique « très »… et si dans la foulée, tu pouvais parler de moi… Parler de soi…

 

Le découragement est une étape du travail. Ce n’est pas un accident, ni une anomalie, mais une nécessité. Écrire un roman est un art difficile tout autant qu’une source d’excitation. Et ce n’est que le début de l’aventure. Être publié n’est pas évident, être remarqué est une chose rare, vivre de son art est l’exception. Ces difficultés sont des dragons à affronter, alors affûte tes armes.

Manuel d’écriture et de survie, Page