poésie

poésies

Qu'est ce qui contrarie le plus un enfant qui a une mauvaise note ?

de devoir le dire à sa mère/ la preuve :

petit moment de poésie écolière

Valentine

L'ambiance de la salle disait tout sur nos notes.

L'inquiétude se lisait, il n'y avait rien sur pronote,

Beaucoup d'entres nous étaient anxieux,

Mais certains étaient sûrs d'eux.

 

Et quand toutes les copies furent rendues,

Un bon nombre se seraient pendus,

L'enthousiasme avait laissé place au désespoir.

Tous pensaient déjà aux parents le soir.

 

Moi, je ne fus pas surprise de ma note,

Elle n'était ni trop basse, ni trop haute.

Je pense que j'aurais quand même faire mieux,

Mais je me rattraperais dans d'autres lieux.

Dinh Huy

Je n'ai pas pu terminer 

Que la cloche s'est mise à sonner

Il fallait déjà rendre la copie

Qui n'était pas finie 

La fin des vacances sonna

Le début des ennuis commença 

Après la catastrophe en anglais,

La copie de français.

Ce qui devait arriver arriva, 

La note qui reflétait mon travail était là

La copie numéro huit 

Comme la note inscrite 

Je vois déjà la réflexion de maman 

Tu n'est qu'un fainéant,

Qu'es ce que tu as dans la tête ? 

J'aurais du réviser car je ne pense pas être si bête.

X

À la réception du devoir commun

Je faisais bien le malin

Puisque j'étais absent à l'épreuve de Français

Ne voulant pas payer les frais

De mon insouciance et de ma non-révision

Après avoirs vus les notes j'ai eu de la compassion

Pour mes camarades qui venaient de se planter

Si certains accepter, d'autres rouspétaient

Ayant vu leurs moyennes de Français descendre

Dans la classe, c'était très vite le désordre

Tout le monde trouver des excuses pour leurs parents

Et moi, sur ma chaise, je restais indifférent

 

 

Quentin

A la distribution de nos devoirs communs 

J'ai détesté MonsieurX, 

J'ai eu une appréhension

Et j'avais bien raison 

Oh si vous auriez vu ma réaction !  

Quand Madame X a fait la correction, 

La colère m'a pris 

Et ma mère a poussé des cris

Ma note me fus dévoilée

Et je ne pus la rattrapée 

Donc mon professeur me dit jeudi, 

D'écrire cette poésie. 

   Triste sort.

Quand j'ai reçu mon triste devoir

J'ai eu ce sentiment de désespoir

Je me suis tout de suite dit

Que ma vie était finie

J'ai eu un ressenti colérique 

Tellement ma note était merdique 

Je savais que ma mère allait me punir samedi

En plus je devais aller chez un ami

Pour un redoublant cela est honteux

Ce triste sort est malheureux 

Mais je vais me ressaisir 

Car avec ces mauvaises note , je dois en finir.

 Jean-Nicolas .

Quand j'ai vu ma note de devoir commun

Je me suis dit enfoiré d’X

Je me suis dit on va en finir

Pour le prochain trimestre je vais me ressaisir

Comment je vais annoncer ça à ma mère

Elle va franchement le prendre amer

Le pire c'est mon père 

Il va me jeter en mer

Quant à moi je suis dépressif 

Mais je vais aller au majesty prendre un apéritif 

Je vais continuer au shanka

Ou je vais me boire une bonne vodka

JULIE

De desastre ce sentiment 

Me rend et rendra ma maman 

A la vue de mon devoir 

Une réaction comme un désespoir 

Aucune appréhension 

Pourtant il fallait noyer ma deception

Une petite soirée s'imposa

Avec mes potes et moi 

Fete plus qu'appréciée 

En revanche le lendemain incendiée

j'étais ; Car le six que j'ai eu 

M'a fortement déçu 

Je fus étonné lorsque j'appris ma note 

À tel point qu'il m'en est venu la tremblote 

"Pourquoi ?!" Criais-je vers les cieux en balbutiant 

Mais cette copie n'était que le mauvais bilan

De deux trimestres entiers passés à discuter

Sur les profs le tord ne doit pas être rejeté 

Car je suis le seul responsable de cette abjection 

À présent le suicide est la seule solution.

Hugo 

À la réception de mon devoir commun

Je fus prise d'un bonheurs sans fin

Je ne savais pas qu'un morceau de papier

Pouvais procurer un tel sentiment de fierté

Et qu'une note à deux chiffres

Était aussi délicieuse que le chocolat dont on s'empiffre

Car telle fut ma récompense

Quand je rentrai chez moi plein d'impatience 

De montrer à mes parents

Mon devoir ahurissant

Et de le prouver, qu'en effet

Ils ont mis au monde un enfant plus que parfait 

Estelle

                                       Poème  :

A la réception du devoir                                                                                                                                 un grand voile devant moi                                                                                                                                                   et une envie de m’isoler                                                                                                                                  de tout faire pour oublier

Je suis tellement énervée                                                                                                               d’avoir mélanger mes idées                                                                                                                                                               de voir tous ces efforts perdus                                                                                                                                                       que j’en reste vraiment déçus

La larme coulant sur ma joue                                                                                                 glisse et m’entraine au fond du trou                                                                                                  c’est très dur de lui annoncer                                                                                                   je me sens désemparée.