E bay

Autrefois, quand j’avais des nattes, et de l’encre sur ma blouse d’école, naquit l’objet de toutes les convoitises: le stylo waterman à 4 couleurs. Il en existait deux versions: le plaqué or, qu’on offrait aux communions, et le métallique, (quel métal?) lisse ou strié. Bref, celles qui possédaient ce divin objet à l’époque où on écrivait les titres en vert, on corrigeait en rouge, encre bleue pour l’ordinaire, et noire pour les leçons de moral, celui-là se signait comme étant d’une race à part. 

J’ai raisonnablement fait le siège de mes parents aussi longtemps que Hector celui de Troyes, et mon cheval a été je crois une assiduité à mettre la table et à déployer des efforts qui finalement furent récompensés. Mais ma mère possédait celui en plaqué or. J’avais donc l’objet de mes désirs, mais pas tout à fait. Un jour on m’a piqué le mien... 

Près de ...trente cinq ans plus tard, je cherche toujours ce copain disparu et je le trouve sur e bay. Jusque là, tout va bien.  Je fais l’enchère, je paye Paypal, je reçois l’avis de votre compte «tsoin tsoin» je l’annonce toute heureuse à mon vendeur (il se pend sur la photo de son profil, je comprends mieux pourquoi à présent) qui me demande de lui envoyer un chèque. «Que nenni gentil messire ! réponds-je derechef, payé vous fûtes, on ne me la fait pas à moi». Et dans les nuages brumeux de mon désir, je vois l’objet de ma convoitise reculer en me faisant un «coucou d’adieu.» «Ah mais que cela ne va pas se passer comme cela,» m’enervais-je derechef. Car il sommeille en moi une gamine qui tape du pieds, laquelle se réveille d’autant plus que l’activité ne m’est plus possible pour l’instant. Echanges de mails agacés de part et d’autre, conclus par «cordialement» ce que font les gens de bonne compagnie. Et de bonne compagnie, nous sommes l’un et l’autre

«Cordialement, je t’en fous» pensais-je derechef, «envoie le stylo vil larron, ou que les feux de l’Enfer te brulent le cul».  «Cordialement je t’en fous» pense celui qui détient l’objet... «paye d’abord, spece de pétasse capricieuse, j’en ai vu d’autres avant toi».

Le tout cordialement

On a trouvé ce qui s’est passé. E bay qui s’en fout, est une machine, et des fois, cela bug,on débite, on crédite mais à qui, allez donc savoir... nous avions raison tous les deux. Buitoni était passé, mais je n’avais pas le même à la maison... J’ai armé ma galère personnelle et j’ai donc confié un chèque au gardien de chiourme, à l’intention de mon faux pendu. Boum !Boum!, que la galère avance et vole sur les vagues, la Corse est loin, on est pas arrivé.

Bon, ce qui va vous faire rire, c’est que le 4 couleurs ne fonctionne pas. Chez Waterman, ces .XXX... ils ont arrêté de fabriquer les cartouches en 1991, je m’en fous, on va bidouiller. Mais si je raconte cette chronique, c’est pour deux raisons. Notre enfance nous conditionne, parfois plus que nous ne l’imaginons. Et puis, il faut toujours mettre «cordialement» en bas des messages, parce que ce cordialement de circonstance, deviendra peut être amitié épistolaire, allez savoir....

Mon vendeur cultive son jardin dans un coin que je ne connais pas. C’est bien de cultiver son jardin et de vendre des objets du passé en signant «cordialement», il m’a donné une leçon de vie.


Vous devez être connecté pour poster un commentaire