Musanostra

 

C'est en filigramme que j'ai évoqué le travail de Musanostra, association chère à mon coeur, au travers de ces pages. Dans le circuit de vie d'un livre, il y a le travail qui précède la parution, puis la mise en fabrique et la vente. A partir de là l'auteur halète et piétine. Quand les circonstances s'y prêtent, il y a l'effervescence de la parution, avec la presse, la télé. Quand elles ne s'y prêtent pas, le livre est posé sur les étagères et il attend. 

J'attache une grande importance aux cafés littéraires et autres manifestations où la culture est commentée, discutée, aimée ou détestée. Car là est la vraie vie. Loin des copinages de rédaction qui font barrages aux uns, encensant les autres, le lecteur s'y exprime et fait vivre l'oeuvre. Un mot d'une personne qui a vraiment aimé, et voilà dix autres lecteurs convaincus, un autre mot "laisse tomber" et c'est la fin d'une mode. Le bouche à oreille c'est ce qui me permet d'avoir confiance, de croire que cela va marcher. Alors le travail associatif, bien sûr est prépondérant. 

Dans ce contexte, pour moi Musanostra a une place à part. Le principe de leurs interventions incite à la modestie et au don. les manifestations sont rigoureuses, organisées avec soin, variées. Les échappées comme celles de Lucca de grande qualité. Et ceux qui y oeuvrent ne comptent pas leur temps. J'aime leur simplicité, leur rapport d'amour aux livres qui ne s'encombre pas d'un lourd appareil dialogique, mais au contraire exprime directement leurs sentiments. J'apprécie le site (www.musanostra.fr/), son forum, les humeurs amusantes des uns et des autres et la vie qui y bouillonne.Bref, je suis fan. Je pousse tous ceux qui aiment les livres à s'y inscrire, à aller les suivre, et avec eux, à faire vivre les livres.

Quant à moi, c'est promis, je viendrai y parler de "conversation en Sicile" et autre littérature italienne que j'affectionne, dès que je pourrai rouler.

 

Vous devez être connecté pour poster un commentaire