printemps

Le printemps

Bien que l'hiver ait planté ses griffes dans le sol et qu'il refuse à se laisser tirer vers l'année prochaine, le printemps arrive. Curieusement, c'est une saison fatigante. Elle se nourrit d'espoir. L'espoir du soleil qui fait qu'on s'attarde malgré la fraîcheur, l'espoir de la chaleur, quand la giboulée nous surprend en tenue trop légère, espoir du déjeuner dehors, quand on est encore près du chauffage, et tout cet espoir est épuisant. Il met l'avant saison dans une sorte de parenthèse, d'antichambre qui n'est pas un lieu de vie, mais un lieu de transition. On attend, et l'attente change les couleurs des jours, qui se teintent de futur en étant déjà du passé. L'antichambre, autrefois était le lieu de la tragédie. On n'y préparait tous les ingrédients de la mort. Le printemps si gai, si vert c'est un peu l'antichambre de l'été, l'endroit où se meurt l'hiver, dans des sanglots de pétales argentés.

 

 

 

 

 

Vous devez être connecté pour poster un commentaire