repas à l'ombre

Comme nous voyons des terres oysives, si elles sont grasses et fertilles, foisonner en cent mille sortes d'herbes sauvages et inutiles, et que, pour les tenir en office, il les faut assubjectir et employer à certaines semences, pour nostre service; et comme nous voyons que les femmes produisent bien toutes seules, des amas et pieces de chair informes, mais que pour faire une generation bonne et naturelle, il les faut embesoigner d'une autre semence: ainsin est-il des espris. Si on ne les occupe à certain sujet, qui les bride et contreigne, ils se jettent desreiglez, par-cy par là, dans le vague champ des imaginations, Comme nous voyons des terres à l’abandon, si elles sont grasses et fertiles, regorger de cent mille sortes d’herbes sauvages et inutiles, et que, pour les tenir en état , il faut les soumettre et employer à certaines semences, pour notre services ; et comme nous voyons que les femmes produisent bien toutes seules, des amas et des pièces de chair informes, mais que pour faire une génération bonne et naturelle, ils les faut inséminer d’une autre semence ; ainsi est-il des esprits. Si on ne les occupe à certain sujets, qui les bride et contraignent, ils se jettent sans modération, par ci par là dans le vague champ des imaginations [i] Montaigne Essais Chapitre VIII Cher Montaigne, Ayant passé l’âge et l’envie d’être embesoignée de bonne et fertile semence pour canaliser une chair en amas informes, j’ai veillé à la prolifération de celle-ci, lors d’un repas à l’ombre qui fut doux, plaisant, délicieux, voluptueux, rien n’y manqua. Ni le vin rosé (Marfisi, mon préféré), ni les légumes frais à grelotter, le pain craquant, la tomate saignante, les brochettes enthymées de senteurs, toutes choses faites pour produire excroissances et autres bourrelets. Que voulez-vous, l’ascèse n’est pas fait de tous, Saint Augustin s’est chargé de ma part, il m’a laissé la jouissance. Croissez et ne vous multipliez que latéralement... alléluia.

Vous devez être connecté pour poster un commentaire