Toi

 

 

 

D'un saule penché, dont on dit qu'il pleure
des larmes de sève, d'amertume ou de bonheur
je veux lancer les branches lianes, au ciel
en de triomphants péans immortels
assombrir son feuillage, certes
mais lui garder toujours son ombre sombre et verte
le dresser enfin en un if mince fier  et droit
Preuve, à qui le verra, de mon immense foi
en toi.

 

 

 

 

 

Vous devez être connecté pour poster un commentaire