Apollinaire, Mareye, lecture analytique, com comp

.
Contenu :
Séquence 8: Poésie, expression de soi.
 
 
Objectifs:
 
  • Évolution de la poésie dans la forme et dans le fond.
Des genres a forme fixe jusqu'à la poésie en vers libre.
Du classicisme au surréalisme.
Vers le Bac: Analyser un poème, écrire un poème.
 
Séance 1: Le groupement
 
 
Objectifs:
 
L'écriture d'Apollinaire
L'amour
Versification, première notion
 
 
Ressemblances entre chaque poèmes:
 
Notre groupement présente 9 poèmes portant le nom d'une femme en thème premier et contenant un thème second qui varie d'un poème a l'autre. La ponctuation absente est une caractéristique d'Apollinaire, ce qui au départ était une faute d'imprimeur est devenu une des marques de fabrique de l'auteur. Par ailleurs Apollinaire accorde une grande importance a la forme visuelle du poème, jusqu'à faire avec les mots de véritables images. Dans le profil du calligramme la ponctuation interviendrait comme un élément visible au dessin. Apollinaire qui fait partie des artistes ayant soutenu les peintres modernes une peinture non figurative, va utiliser le mot comme une ligne ou comme une couleur pour symboliser des objets. Autre point commun, nombre d'entre eux porte le thème de la guerre.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Séance 2: Un peu de biographie. 25 Aout 1880- 1918.
 
 
L'enfance d'Apollinaire est une enfance d'errance a la suite d'une mère qui cherche la bonne coutume. Il a commencer a écrire très jeune. Il finissent par revenir a Paris et exerce l'emploi de percepteur pour l'aristocratie Allemande, il va rencontrer Annie Playden. A partir du début du siècle il va faire partie des balbutiement du surréalisme et assistera au début de la notoriété d'Alfred Jarry et du cycle des ubus. En 1905, il rencontrera les plus grands peintre, Picasso, Derain, Max Jacob. Il va contribuer au succès du quartier de Montmartre qui ne va plus cesser des lors. Il va rencontrer puis tomber amoureux de Marie Laurencin.  Il est impliquer dans une affaire d'objet de musée volés. Il est quitté par Marie puis écrit le Pont Mirabeau. Il tombe amoureux de Louise, et enfin s'engage pour la guerre de 14-18, ou il est grièvement blesser, il meurt en 18. Artiste impliqué dans l'ensemble littéraire et artistique de son temps qui révolutionne la forme même de la poésie que l'on considère bien souvent.   
 
.
mardi 03 mai − 08h30 
Contenu :
Fiche Bac + début Séance 3
Fiche Bac:
 
 
-Naissance de la poésie:
 
Elle remonte a l'Antiquité grecque, on dit que son « père fondateur » est Apollon mais c'est Orphée le héros qui perd sa femme le jour de son mariage qui récita les chants les plus beaux jusqu'à émouvoir les dieux qui l'autorisèrent a descendre chercher son épouse dans les enfers a la condition qu'il ne se retourne pas en la remontant a la surface du jour, elle trébuche, elle soupir, il se retourne, elle repart. Il remonte, il rechante. Il est donc l'inventeur du lyrisme, c'est dire dire poésie chantée faisant référence aux sentiments et censer calmer les peines et les chagrin. La poésie lyrique, est un genre qui contrairement au genre théâtral est attestée sans discontinuer a travers tous les âges. Mais le genre en lui même a connu beaucoup de modifications.  
 
-La forme poétique:
 
Un vers comporte un certain nombre de syllabes qui peuvent êtres déterminées. L'alexandrin a 12 pieds, c'est a dire 12 syllabes ; le dizain, 10 ; l'octosyllabe, 8 sachant que le compte des pieds compte le « e » quand il se trouve devant une consonne, ne le compte pas devant une voyelle ou en fin de vers. Deux voyelles qui se suivent comme dans « dieu », peuvent êtres comptées comme une syllabes, on dira qu'il y a une synérèse ou comme deux syllabes on parlera de diérèse. Un vers finissant par un « e » est une rime féminine, les autres sont des rimes masculines.
Le rejet est une unité sémantique qui commence a un vers et qui se fini au suivant. Enfin l'outil poétique de référence est la métaphore c'est a dire la mise en image, en rapprochement d'idées ou de sentiments.      
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 MAREYE
 
Mareye était très douce étourdie et charmante
Moi je l'aimais d'Amour m'aimait-elle, qui sait?
Je revois parfois à la lueur tremblotante
Des lointains souvenirs cet Amour trépassé.
 
Sur ma bouche je sens celle de mon amante
Je sens ses petites mains sur mon front glacé
Ses mains dont doucement elle me caressait
Ses rares mains de sainte pâle ou bien d'infante
 
Mon amante d'antant dans quels bras t'endors-tu
Pendant l'hiver saison d'amour où les vents pleurent
Où les amants ont froid où les passants se meurent
 
Sous les tristes sapins meurent en écoutant
Les elfes rire au vent et corner aux rafales?
Songes-tu quelquefois quand les nuits sont bien pâles
Que telles nos amours sont mortes les étoiles?
 
[Poèmes inédits]
 
Séance 3: Support: Mareye
 
 
Objectif:
 
Expression lyrique du souvenir d'amour
 
 
Le thème de ce poème établi un va et viens entre le passé et le présent.
Travail à faire :
Pour le 06/05 : 
Donner la définition de l'Amour dans un Haiku.
 
.
vendredi 06 mai − 10h30 
Contenu :
Séance 3 suite et séance 4
Séance 3 : support : Mareye
 
Objectif :
-Expression lyrique du souvenir d'amour
 
Le thème de ce poème établit un va et viens entre le passé et le présent.
 
Le champ lexical du corps puis celui de la chaleur opposé à celui du froid et de l'hiver
 
Ce poème se décompose nettement en 2 parties opposant le présent au passé, un passé tendre et souriant, un présent emprunt du champ lexical de la mort. Apollinaire re-convoque un souvenir tendre de son passé dans les deux premiers quatrains. Le passé se décomposant en deux parties, une rapide description de la jeune femme, les sentiment que l'auteur éprouvait pour elle, c'est-à-dire, son ressenti, qui vont cruellement s'opposer à l'hiver, au froid et à la mort qui suivent ensuite. On a un bouleversement des topi sur l'amour car, pour lui, c'est l'hiver la saison de l'Amour.
En linéaire, le poème s'ouvre sur le prénom de la femme qui a été aimée et qui, immédiatement, est suivi d'un verbe à l'imparfait, ce qui indique que cet amour n'existe plus, comme une présence, mais qu'il n'est pas mort. L'étopé de Mareye se fait en trois mots et on note que les mots mis en valeur sont « douce » et « charmante », « douce » placée à l'hémistiche, « charmante » postposée sur le vers, et par le biais de la rime croisée, « charmante » répond à « tremblotante » et donne un sentiment de fragilité et d'enfance.
Le champ sémantique de l'amour est répété quatre fois et nous notons que l'amour éprouvé par le poète porte un « A » majuscule et nous prouve que cet amour était l'amour absolu que l'on éprouve à l'adolescence. Cette notion est amplifiée par le « moi » du vers 2 qui s'oppose à « Mareye » du vers 1, opposition entre elle et lui par la question  « qui sait ? ».
Le deuxième quatrain indique la réalité de leur relation, il utilise le mot « amante » et le champ lexical du corps est très présent. Après avoir insisté sur la joie et la douceur des caresses, va mettre en valeur toutes les images faisant référence à la mort et au froid. Répétant le mot « amante », l'auteur adjoint à présent le mot « d'entant », c'est un mot un peu obsolète qui fait le pont entre la poésie ancienne et la poésie ancienne et la poésie moderne. Le lien charnel est répété par l'interrogation « dans quels bras t'endors-tu » dont on note qu'elle n'a pas de ponctuation. Les deux vers suivants de ce tercet sont très tristes et pourtant Apollinaire est défini comme la saison de l'amour. Antithèse entre « saison d'amour » et « hiver » qui montre clairement que, pour l'auteur, l'amour ne peut être que triste.
Le dernier quatrain (quatre vers alors que le tercet précédent mimait la mort de l'amour, ces quatre vers vont ouvrir la poésie vers un nouveaux monde imaginaire et merveilleux dans lesquels les amours prennent la forme d'elfes ou d'étoile : métaphore de la lumière d'une étoile qui a brillée et que l'on voit alors qu'elle est déjà disparut). La forme du quatrain s'oppose au tercet qui l'a précédé car il développe un monde merveilleux dont la réalité est soumise à la condition des « ? » et, dans ce poème, nous pouvons dire que le poète remplis sa mission qui de transformer par le logos le quotidien afin de le mener ainsi jusqu'au cosmos.  
 
Il y a une lente transformation dans ce poème du fait charnel jusqu'aux étoiles.
 
 
Axes :
 
  1. Un passé charnel et doux
  2. La mort de l'amour pour une transfiguration (tercet)
  3. L'ouverture d'un monde nouveau, un amour transfiguré
 
Conclusion : Un poème tendre et doux, un peu désillusionné, qui met bien en valeur le rôle de la poésie.

Vous devez être connecté pour poster un commentaire