ex du Testament de Villon

A ttention, je mets en ligne ces documents dans un lit d'Hopital, et allongée

vous trouveez donc surement des fautes de frappe, pardon

ce document est incomplet téléchargez sa version intégrale icivillon.docc92268744villon-doc.pdf

 

Ici se clôt le testament

Et finit du pauvre Villon

Venez à son enterrement

Quand vous orrez le carillon

Vêtu rouge comme vermillon

Car en amour mourut martyr

Ce jura-t-il sur son couillon

Quand de ce monde vaut partir

 

Et je crois bien que pas n'en mort

Car chassé fut comme un souillon

De ses amours haineusement

Tant que d'ici à Roussillon

Brosse ni brossillon

Qui n'eut, ce dit-il sans mentir

Un lambeau de son cotillon

Quand de ce monde vaut partir

 

Il est ainsi et tellement

Quand mourut n'avait qu'un haillon

Qui plus en mourant malement

L'époignait d'amour l'aiguillon

Plus aigu que le ranguillon

D'un baudrier lui faisait sentir

C'est de quoi nous émerveillons

Quand ce de monde vaut partir

 

Princes, gent comme emerillon

Sachez qu'il fit au départir

Un trait de vin bu de morillon

 

selon David Ruhn le testament de Villon est un hymne à l'amour et à la fécondité. (Poétique de F.Villon)

En prison, à Orléans il doit sa liberté à la visite de Louis XI, qui selon la coutume gracie les condamnés. Le testament est rédigé à posteriori, fini à Paris. En vers octosyllabiques, composé en 1461 il comprend plus d'une vingtaine de poèmes relativement autonomes. Issu du congé, genre poétique médiéval, ou on se sépare d'une femme ou d'un bien, conférant un aspect faussement autobiographique et qui apparait au début du XIII siècle. Rutebeuf en premier lui donnera ses lettres de noblesses, avant qu'arrive Villon; Son pendant pictural est la « Vanité » composition allégorique de nature morte dont les objets suggèrent que l'existence terrestre est vide vaine, précaire et de peu d'importance

Il revient sur un certain nombre de topi littéraires, attendus à l'époque, notamment l'histoire du personnage sans fin prévisible. Il intègre un certain nombre d'attentes du public, allusions farcesques à l'amour, et lyrisme tout droit tiré du Roman de la Rose de Guillaume de Loris en 1237 (fin du regne de Louis IX) Son influence est énorme puisque nombre de sonnets de Shakespeare seront librement inspirés de Villon, pour l'étranger. En France il marque la fin du temps du poete cantor, et le début du poète actor, quoi qu'il soit certain que nombre des aventures décrites par Villon soient des « morceaux »incontournables déstinés à s'adapter au public de l'époque.

Il ne faut donc pas voir la poésie de Villon comme l'expression d'une individualité, comme celle de Rimbaud par exemple, mais comme une pierre angulaire d'une nouvelle perception poétique, dans le style et dans le ton

 

La principale difficulté pour un élève de première, pour ce petit poème ludique et gai est le vocabulaire. Comme beaucoup de poètes de son époque, Villon pratique la rime suffisante, et fait entendre son nom à travers toute la ballade.

La définition de la ballade est simple, à l'origine c'est une danse, on y retrouve un refrain qui revient en fin de strophe, on trouve une structure de huit vers en octosyllabes pour un discours ( c'est de quoi nous émerveillons, v 24)

L'originalité, est que le testament est rédigé comme un discours prononcé par quelqu'un d'autre pour Villon, dédoublement fictif de la personnalité qui montre deux faces du personnages: la cantor, celui qui dit le poème et l'actor, celui qui le vit, celui qui est au centre de la réfléxion.

Ce poême va être étudié sous deux questionnements:

Un Poème à forme fixe, qui joue sur le genre convenu du testament, et une ode à la fécondité et à la vie.

Nous voyons que ces deux thématiques sont antithétiques, c'est de cette tension que nait le mouvement du poème, et sa finitude. Par l'adieu, selon un système longuement pratiqué, le poète met la vie en valeur. Il oppose donc le plaisir de vivre et la vanité de toute existence humaine.

 

Plan du commentaire composé

 

I/ « congé » dans une ballade, le testament de Villon, poême à forme fixe, qui agit comme épitaphe

Le sujet: Villon, dont le nom est dérivé en finale rimée

une fin de vie aléatoire : le topi du malheureux

une curieux dédoublement de personnalité qui fait du poète l'objet du poème

II/une ode à la vie paillarde et à l'amour

Tester: prendre ses testicules comme témoin, un vocabulaire déstiné à réjouir

un amoureux malheureux et amusant

un bon vivant (buveur de vin)

 

Vous trouverez dans le tableau ci dessous le relevé vers à vers des items classifiés ci dessus, qu'il faudra réintégrer dans le commentaire.

 

1-Ici se clôt le testament

2-Et finit du pauvre Villon

3-Venez à son enterrement

4-Quand vous orrez le carillon

5-Vêtu rouge comme vermillon

6-Car en amour mourut martyr

7-Ce jura-t-il sur son couillon

8-Quand de ce monde vaut partir

 

9-Et je crois bien que pas n'en mort

10-Car chassé fut comme un souillon

11-De ses amours haineusement

12-Tant que d'ici à Roussillon

13-Brosse ni brossillon

14-Qui n'eut, ce dit-il sans mentir

15-Un lambeau de son cotillon

16-Quand de ce monde vaut partir

 

17-Il est ainsi et tellement

18-Quand mourut n'avait qu'un haillon

19-Qui plus en mourant malement

20-L'époignait d'amour l'aiguillon

21-Plus aigu que le ranguillon

22-D'un baudrier lui faisait sentir

23-C'est de quoi nous émerveillons

24-Quand ce de monde vaut partir

 

25-Princes, gent comme emerillon

25-Sachez qu'il fit au départir

26-Un trait de vin bu de morillon

 

 

Vous devez être connecté pour poster un commentaire