La jolie rousse, Apollinaire

Jacqueline Kolb
(la jolie rousse)


LA JOLIE ROUSSE

 
Me voici devant tous un homme plein de sens
Connaissant la vie et de la mort ce qu'un vivant peut connaître
Ayant éprouvé les douleurs et les joies de l'amour
Ayant su quelquefois imposer ses idées
Connaissant plusieurs langages
Ayant pas mal voyagé
Ayant vu la guerre dans l'Artillerie et l'Infanterie
Blessé à la tête trépané sous le chloroforme
Ayant perdu ses meilleurs amis dans l'effroyable lutte
Je sais d'ancien et de nouveau autant qu'un homme seul
    pourrait des deux savoir
Et sans m'inquiéter aujourd'hui de cette querre
Entre nous et pour nous mes amis
Je juge cette longue querelle de la tradition et de l'invention
               De l'Ordre et de l'Aventure
 
Vous dont la bouche est faite à l'image de celle de Dieu
Bouche qui est l'ordre même
Soyez indulgents quand vous nous comparez
A ceux qui furent la perfection de l'ordre
Nous qui quêtons partout l'aventure
 
Nous ne sommes pas vos ennemis
Nous voulons vous donner de vastes et étranges domaines
Où le mystère en fleurs s'offre à qui veut le cueillir
Il y a là des feux nouveaux des couleurs jamais vues
Mille phantasmes impondérables
Auxquels il faut donner de la réalité
Nous voulons explorer la bonté contrée énorme où tout se tait
Il y a aussi le temps qu'on peut chasser ou faire revenir
Pitié pour nous qui combattons toujours aux frontières
De l'illimité et de l'avenir
Pitié pour nos erreurs pitié pour nos péchés
 
Voici que vient l'été la saison violente
Et ma jeunesse est morte ainsi que le printemps
O Soleil c'est le temps de la Raison ardente
                             Et j'attends
Pour la suivre toujours la forme noble et douce
Qu'elle prend afin que je l'aime seulement
Elle vient et m'attire ainsi qu'un fer l'aimant
                 Elle a l'aspect charmant
                 D'une adorable rousse
 
Ses cheveux sont d'or on dirait
Un bel éclair qui durerait
Ou ces flammes qui se pavanent
Dans les rose-thé qui se fanent
 
Mais riez riez de moi
Hommes de partout surtout gens d'ici
Car il y a tant de choses que je n'ose vous dire
Tant de choses que vous ne me laisseriez pas dire
Ayez pitié de moi
[Calligrammes]
Séance 6: Support: La jolie rousse.
 
 
 
 
A. Texte & Contexte:
 
 
En 1916, Apollinaire est enfin naturalisé et en 1917. il revient la voir au bateau Lavoirs et c'est la qu'il prononce le mot surréalisme pour la première fois, mais je rappelle qu'il ne sera pas chef de file, c'est André Breton qui va théoriser le mouvement et qui en prendra la direction. La constante d'Apollinaire a été de conserver la tradition dans la modernité c'est a dire que ce n'est pas un rejet des formes mais une assignation des anciennes dans les modernes.
 
 
 
Culture Générale: La renaissance est un premier point de rupture avec la poésie du passé puisqu'elle sépare la poésie de la chanson. La véritable querelle des Anciens et des Modernes opposait Boileau et Perrault, Boileau prétendait que on ne pouvait écrire que quelque chose qui avait déjà été explorer dans l'Antiquité alors que Perrault se bat pour une littérature libre de ses sources et de ses formes. En 1820, le romantisme va poser une nouvelle fois la question de la modernité et opposer les anciens aux romantiques dans la célèbre bataille d'Hernanie, le discours d'Apollinaire est est tout autre, ce n'est pas un discours de rupture mais au contraire un discours d'union c'est a dire qu'Apollinaire qui a fait la guerre, prône une forme de paix littéraire qui intégrera toutes les formes du passé dans celle du présent dont il demande aux Anciens de pardonner les maladresses éventuelles.
 
Peut on imaginer que la rousse est l'union de la blonde et de la brune ?
Le poème se décompose en 2 parties. La première qui est une forme de théorisation de la littérature du temps, une interpellation aux Anciens, la seconde ou on arrive au thème du poème c'est a dire cette femme. Le poète se met en avant dès la première ligne, il faut donc concevoir ce poème comme un engagement, sur un état de la littérature a ce moment la. Il y a une parodie de Rousseau, qui se présentait devant tous les hommes. La finale du vers « homme plein de sens » est importante car ce texte est un appel a la raison et un texte argumentatif pour la tolérance, tolérance envers les rénovateurs de la littérature; il va utiliser 9 vers pour se poser comme un homme de référence. Pour se faire son expérience de soldat va être évoquée a plusieurs reprises, qui dit soldat dit donc homme de combat.
 
 
Quelques notes sur Alcools:
 
1898-1913, c'est un rassemblement et un collage, plus qu'une édition chronologique, ou un classement diachronique. Son titre a une histoire puisque a l'origine il ne devait pas s'appeler comme ca, il a été choisi par Blaise Cendrars. La chanson du mal aimé contient Zone qui est le premier poème placé alors qu'il est le dernier écrit. Alcools est le symbole d'un passé distillé, d'un présent intensément vécu, et d'un futur rêvé. Il n'y a qu'une volonté dans laquelle l'amour a une part très importante. Il critique la nostalgie du passé, il dit que le présent est la et qu'il faut le vivre et il suit cette phrase de Nietzsche, « Deviens ce que tu es ».
 
Évolution de la poésie du classicisme a Apollinaire:
Durant des siècles la poésie s'enferme dans un certain nombre de règles qui sont:
  1. Une linéarité narrative
Des rimes & rythmes cadrés et précis
Un comptage de pieds correspondant a une volonté poétique singulière
Une ponctuation maîtrisée.
 
Aloysus Bertrans dans « Gaspard de la nuit », propose le vers libre et la prose en premier, c'est donc Baudelaire qui le premier va exploiter cette poésie, mais c'est Rimbaud qui va inspirer tout le 20ème siècle.
Ce texte aurait pu constituer si la volonté de l'auteur l'aurai voulu un manifeste pour une nouvelle poésie. Il présente a ce titre une double caractéristique a la fois poétique et argumentative. Si vous décidez de présenter un commentaire au bac vous syndrer la partie argumentative et amoureuse.
 
 
 
 
Axes proposés:
 
I. Une argumentation pour une poésie nouvelle mais respectueuse du passé.
 
II. Une déclaration d'amour a son épouse puisque épouse elle fut.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
B. Lecture analytique:
 
 
Écrit entre 1912 et 1916, publié en 1917, c'est un poème qui a la fois célèbre sont amour mais qui pourrait passer pour un texte argumentatif.
Des le premier vers l'homme se présente et s'impose grâce au spatio temporel « devant », il se présente devant tous a la façon de Jean-Jacques Rousseau, créant l'horizon d'attente d'une confidente. Il se présente avec 9arguments d'autorité. Le poème rebondit sur les mots « ayant » et n'a donc pas forcement de rimes mais beaucoup d'allitération. Cette longue introduction sert a l'auteur a se poser comme un homme d'autorité apte a juge des questions de guerre car a priori c'est la champ lexical de la guerre qui revient le plus dans les premiers vers, mais de quelle guerre va t-il nous parler, il s'agit d'une guerre littéraire qui oppose les tenants des classique aux tenant des modernes dans une guerre a priori fratricide puisque c'est une guerre d'auteurs. Lors de votre analyse ne manquez pas de relever que la longueur du vers a un lien direct avec son sens dans une figure d'hypotypose qui fait visuellement du vers une métaphore de son contenu. Un autre texte de la littérature française présente ainsi l'auteur avant qu'il ne défende sa thèse, c'est la Préface a Cromwell.
Il y a donc une très forte intertextualité qui vient au service du propos du lecteur car il démontre ici qu'il peut intégrer le passé et ses acquis dans un présent renouvelé. Les 3 vers suivants, le poète s'exprime a la manière de Paul Claudel et de ses versets, une poésie d'inspiration biblique remise a l'honneur par ce poète. Ce ton un peu solennelle va inciter le lecteur a la tension et mettre donc en valeur le mot « indulgent », qui en fin de compte la thèse, c'est a dire que le fait de rénover les formes poétiques n'empêche nullement l'intégration des classiques, voir même leur incorporation.  
Il reconnaît que ces prédécesseurs furent en leur temps au sommet de leur art, c'est a dire qu'il ne critique pas ce qu'il l' a précéder contrairement a ceux qui avant lui avaient écrit de la poésie. Il dit simplement que le groupe auquel il appartient est en recherche d'une forme de vérité. Cette vérité nouvelle s'appelle aventure et il poursuit en expliquant quel est le projet de son groupe. Nous notons que contrairement au début ou il disait « moi je », il dit « nous », ce « nous » se répète 3 fois dans ce paragraphe. Il indique que sa révolte est pacifique et qu'elle ouvre sa poésie a tous les domaines du rêve dont on trouve quantité de forme dans ce paragraphe. Nous rappelons que le surréalisme se qualifie par 2 éléments
Nous avons bien la tous les éléments qui vont définir par la suite le surréalisme. Ce rêve dans se paragraphe reste néanmoins a coller aux souvenirs des combattants qui ne sont pas la pour parler.
Il se pose bien comme instigateur d'une nouvelle forme d'écriture se que nous voyons dans la double anaphore de « pitié ». nous trouvons aussi la réalité d'une prière. La deuxième partie du poème s'insère dans la première sans que le lecteur ne voie que le thème change. Il s'agit a présent de célébrer. Avec la transition de l'été qui est la saison de sa maturité, il rappelle que le printemps est une saison affreuse, et annonce qu'il aime et s'est marier avec cette jeune rousse. Double insistance de l'amour; l'absence de ponctuation permet un jeu sur la phrase qui laisse chaque lecteur libre de sa respiration comme quasiment son interprétation. Peut on penser que la rousse serait aussi la figure métonymique entre l'alliance entre les blondes et les brunes. Il va faire une prosopographie, il va focaliser sur ses cheveux mais le dernier mot du quatrain est le mot fane. Le bonheur lourdement teinté de menaces; il aime toujours autant avec la métaphore de l'amour en rose. Triste fin de poème qui mélange l'amour et le pamphlet, nous notons aussi que c'est un quatrain régulier, le seul du poème qui porte un message de pureté mais qui fini par « se fane ».  
  

Vous devez être connecté pour poster un commentaire