Analyses du texte de Rostand

L'émotion de ce premier volet du dénouement sera perçue par une prise en compte de la double destination : la lecture de la lettre de Christian aboutit à une révélation pour Roxane, mais elle est perçue, par le spectateur qui sait que Cyrano est mortellement blessé, comme un chant d'adieu en raison d'une actualisation du texte de la lettre. Un pathétique provoqué par le refus du pathétique.

- un duo lyrique : deux discours sont tressés, se rejoignent et s'élèvent dans un double crescendo. On peut parvenir à cette lecture par l'étude des interruptions et la reconstitution des phrases interrompues. Le double crescendo : travail de lecture.

- le chant du cygne : la lettre remotivée. Une reconstitution de la lettre montre qu'elle ne forme pas un discours autonome, mais qu'elle est liée, par les rimes notamment, au discours de Roxane, ancrée dans la situation représentée. On analyse cette élégie au lyrisme assez convenu par l'examen des temps verbaux, des répétitions et des images.

Bilan : la lettre comme moment théâtral et comme poème. Rostand-Cyrano, le joueur.

Vous devez être connecté pour poster un commentaire