Axes et problématique de l'incipit de l'Etranger de Camus

 

L’étranger, Camus

 

Achevé en 1940 ce roman est la mise en fiction des idées  contenues dans l’Essai sur l’absurde ; Meursault représente l’homme avant la prise de conscience de l’absurdité d’une existence sans but, il se comporte comme si la vie n’avait pas de sens.

Mots clefs de l’œuvre : philosophie, psychologie, liberté, déterminisme.

( conférer ces notions en rapport avec leur sens passé, le tragique, Locke, Spinoza, Kant)

Camus est d’origine pauvre, il est né en Algérie, son œuvre s’inscrit dans l’optique de ces deux pôles.

 

Structure du texte :

·         1/6 thème

·         $7/47 :le voyage

·         47/fin : rencontre avec le directeur

Problématique : Quel horizon d’attente dégage cet incipit romanesque,  de quelle nature est l’incipit, quel portrait se dégage de Meursault, quel malaise est généré dans ce que nous apprenons du rapport mère fils, peut-on dire que nous entrons de pleins pieds dans la problématique Camusienne ?

1/Nature de l’incipit : les questions

·         Qui/quoi/où /quand ?

·         Forme de l’incipit ? discours narratif, autobiographie, autofiction ?

·         Incipit statique progressif , dynamique ?

·         Classifiant ou non classifiant ?

·         Horizon d’attente

2/ le portrait du personnage qui se dégage de son discours, l’éthos interne

·         Style neutre, froid

·         Indifférence, les marques de l’indifférence

·         L’hésitation, la modalisation

·         Le manque de confiance en lui, homme dominé, les marques de l’inféodation

3/le malaise généré par le rapport mère-fils

Constitution d’un dossier à charge

·         Le souci excessif des convenances qui ne repose sur aucun  sentiment apparent

·         L’absence de peine

·         L’abandon progressif

·         La faiblesse devant les évènements

·         Le retrait devant les choses matérielles

·         La phrase camusienne.

Conclusion : un incipit qui met en place un univers,  révélateur d’une personnalité, l’indifférence, la prolepse d’un malaise qui s’agrandit, le thème de la mort, l’autofiction et la focalisation interne

merci à http://mael.monnier.free.fr/bac_francais/etranger/incipit.htm

pour ce complément

 

I. L'originalité de ce début de roman

  • Traitement du temps : Pas de moments antérieurs à l'histoire, le passé est dans le flou. On n'a pas vraiment d'avant. Par exemple, on annonce l'enterrement de sa mère mais on ne sait pas de quoi elle est morte. L'avenir va jusqu'à demain voire après-demain, il est extrêmement limité. On a le sentiment d'une quasi-simultanéité de la narration et de son contenu. Meursault raconte les faits les uns après les autres comme dans un journal, le récit est chronologique.
  • Traitement des lieux : C'est nous lecteur qui supposons qu'on est à Alger (l. 8). Le paysage est complètement gommé, on a l'impression qu'on se déplace sur une ligne géométrique. C'est purement narratif.
  • Traitement des personnages : On n'a aucune description, aucun portrait de son patron. Le restaurateur et Emmanuel ne sont pas décris non plus. Camus a écrit sobrement, sans aucun portrait psychologique.
  • Le point de vue : La situation narrative est celle de la focalisation interne : la perception de l'univers du récit se fait par le regard ou la conscience de Meursault. Le narrateur ne rapporte que ce que voit le personnage-témoin, et ainsi personnage et narrateur se confondent. Les « je » sont prédominents au fil du récit et, comme dans un discours, on a l'utilisation de « aujourd'hui », « hier », « demain », « après-demain », « pour le moment »qui nous situent par rapport à Meursault, le narrateur aurait très bien pu employer des expressions comme ce jour-là, la veille, le lendemain ou le surlendemain. Les temps utilisés sont le futur, l'imparfait et le passé composé, temps qui se situent par rapport au temps du personnage, ceci montre que l'on colle pratiquement à l'histoire, le temps de la narration est tout près du temps de l'histoire. Meursault n'a donc pas beaucoup de recul par rapport à l'histoire, celà lui permet de ne pas faire part de ses sentiments mais uniquement des évènements, de ses pensées, de ses sensations qui à divers moments occupent sa conscience. On épouse le point de vue du narrateur.

II. Qui est cet homme ?

Meursault marque un extrême détachement à l'égard de la mort de sa mère. L'expression du télégramme est l'expression de ce détachement. Lorque l'on est avant l'enterrement de sa mère, c'est comme si elle n'était pas morte pour lui, Meursault semble ne pas en prendre conscience. Ce qui frappe ensuite, c'est que Meursault fait de l'enterrement une simple formalité : « Après l'enterrement, au contraire, ce sera une affaire classée et tout aura revêtu une allure plus officielle. » Le deuil se fera par l'aspect extérieur, c'est-à-dire par son habillement. Cette mort peut passer pour une raison valable de prendre des congés : « excuse pareille ». Quelque part, c'est comme si cette mort était de la faute à Meursault. On a l'impression que la mort n'est pas grand chose pour lui, que cette mort est vécue comme un accident qui dérange le cours des choses : Meursault a recours au calcul pour préparer son voyage. Dans tout son récit, on n'a aucune marque du champ lexical de l'affection, donc pas de chagrin de la part de Meursault. Le seul terme utilisé est dit chez Céleste : « Ils avaient tous beaucoup de peine pour moi », la seule compassion vient de l'entourage de Meursault, qui a choisi de dire les choses telles qu'il les a vécues. Ses sensations l'emportent sur ses sentiments : Meursault est plus sensible à ce que produit le voyage sur ses sens qu'à l'émotion de la perte de sa mère. Cet état d'abscence est lié à des évènements ponctuels qu'il vit. Ce personnage est étranger à des sentiments, à une émotion, qui vit dans la solitude et qui refuse la communication, il répond par monosyllabes : « J'ai dit "oui" pour n'avoir plus à parler ». Mais ce n'est pas un personnage blamable pour autant : il fait ce qu'il faut à l'égard de sa mère, ce n'est pas de la provocation, c'est dans son être.

 

Vous devez être connecté pour poster un commentaire