La mort du roi Tsongor, scène de la mort du roi

notes de cours prises par élèves

Support : mort du roi Tsongor page 51

Objectif : l’épopée la tragédie, 

et l’objectif référentiel  : c’est que c’est l’acmé du livre

C’est la mort de Tsongor,

Rappel : qu’est ce qu’une épopée ?

C’est un texte marqué par des exploits guerriers exaltants les valeurs d’un peuple à travers ces héros

Incapable de prendre une décision sans conséquence dramatique, le roi Tsongor décide de mourir Dans l’espoir que la guerre entre les deux prétendants de sa fille ne se déclenche pas. Il n’arrive pas à prendre de décision. Il attend de Katabolonga que celui-ci le tue en vertu d’un ancien serment mais celui-ci en est incapable il va donc commencer son suicide et supplier son serviteur de l' achever.

 Ce texte est l’acmé ou devrait être l’acmé du livre. Il présente un certain nombre de caractéristiques spécifiques que nous allons étudier.

problématique : Comment l’auteur s’y prend-il pour provoquer notre empathie ?

 

première proposition

    •    Nous verrons dans une première partie comment va mourir Tsongor 

    •    puis le caractère épique l’épopée et la tragédie 

    •    puis nous verrons à quel type de héros nous avons à faire.

 

Progression du texte

I) suicide du roi

II) discours du roi

III) mort du roi

 

Collecte exceptionnelle des outils littéraires du texte ( en dehors de toute explication, simple repérage des outils )

Donner le champ lexical du sang ,ligne et exemple

Grand nombre d’anaphores poétiques (sang 7 fois)

L’asyndète est accentuée par les points qui séparent un ensemble de phrases très courtes contenant toute une action brutale.

Modification emphatique C’est quand on modifie l’ordre normal sujet verbe complément pour mettre un événement de la phrase en valeur.

    •    « Je mange un fromage de chèvre »

    •    « C’est du chèvre que j’ai mangé »

    •    change l’importance de l’information principale de la phrase

 

« Tu es le seul k. »

« Le seul à pouvoir faire cela. »(lignes en fonction de vos livres)

Le lien particulier qui lie k et t s exprime par la modification emphatique qui porte sur l’adjectif « seul ».

Fonction référentielle : info donnée par le texte

 

autre proposition de plan et d’axes

    •    1) la rédemption de Katabolonga

    •    2) la mort de Tsongor

    •    3) épopée et tragédie

Nous avons vu que la façon d’aborder le texte en plaquant artificiellement un plan

Ne convient pas ici car il y a en réalité deux tensions dramatiques dans cette scène

Katabolonga retrouve son honneur et Tsongor meurt.

 

1/ K

A) le refus et l’esclavage

B) retour à la dignité

 

L’usage du privatif rien devant capable " ne le fit pas "

Qui se joins au champ lexical de l’impuissance montre un Katabolonga prisonnier de l’esclavage.

Le «  pas » est répété plusieurs fois

L’auteur insiste sur l’incompréhension du personnage

Son acte n’était plus réfléchi il n’avait plus le temps de penser.

l’impuissance de K est démontrée dans une première partie, sa négation en tant que personne indépendante et la certitude de son asservissement. 

Ressemblance au final de la mort avec le

Le seppuku (tradition de suicide japonais)

 

 

Définition de la tragédie 

Une tragédie se définit en trois points 

Ses personnages, ses lieux, ses actions 

les personnages sont obligatoirement issu de la très haute noblesse (très proches de roi ) l’action obligatoirement, action ou crime ou action criminelle dans lesquels les notions fondamentales de l’humanité sont mise en jeu 

Lieu et le temps doivent être très éloigné des lieux contemporains de l’écriture 

L’enjeu de la définition de la tragédie est très important car il détermine notre vision de la pièce. En effet si l’on considère que la mort de Tsongor est 100 % tragique alors la pièce sera une néotragedie en revanche si on interprète cette pièce autrement alors nous aurons des conséquences sur la problématique de l’évolution du personnage romanesque du moyen âge à nos jours 

 

La rédemption de Katabolonga

 C) la deuxième étape des sentiments ressenti par Katabolonga se situe après la mort du roi, non pas quand il tue le roi mais une fois que il réalise que le roi est mort cette découverte est lente car entre "il planta le poignard "et " entendit " l' se passe donc 14 lignes qui marque le temps que  l’action et la conscience des conséquences de cette action se mettent en branle dans le cerveau du serviteur et à cet instant le serviteur redevient le vengeur ce que l’on voit une anaphore " c’était les voix vengeresses de la vie d’autres fois "

Ce rachat à la version d’origine on la grâce aux mots "voix lointaine " "vie d’autrefois " "langue maternelle " L3-5 page 52 L'auteur semble donc vouloir nous montrer une parenthèse qui se referme

(problématique ouverte et à définir par vous même si le suicide est inutile, si la mort donnée n’est que consécutive à un ordre alors même pour K il n ‘y aura pas eu de rachat)

 

Axe 2 la mort du roi Tsongor épopée ou tragédie 

A) les étapes de son déroulement

une mort en trois temps Il ouvre ses veines, il parle, il meurt 

(Suicide discours meurt) La complication de cette mort va poser un certain nombre de problèmes qui ont un lien avec des problématiques telles que de la rédemption du serviteur et du courage du maître 

B) une mort tragique

Il y a tout les ingrédients : Le champs lexical de la mort( poignard couteau entailla les veines je meurs tu vois 7 occurence de sang dans le texte) donc le champs lexical de la mort est justifié et le contexte de sa mort est bien dû à une grande crise politique 

Une règle essentielle de la tragédie est contredites ici cependant, c’ est l interdiction de la mort sur scène, hors on voit que Gaudé ce livre à une surenchère sanglante et peut être qualifier de « gore » et il se pause peut-être aussi un problème de style car l’ auteur s'’appuie sur une foule de répétition « je meurs » « sang » 7 fois champs lexical du sang 11 fois le verbe « couler s écoulera 1 couler » 2  S'agit t'’il du style élevé de la tragédie ou d ‘une mélopée d'’un Griot

c/ le discours direct du roi, mécanisme amplificateur de l’émotion par le biais de la double énonciation, le lecteur entend sa voix qui est terriblement humaine

peur de la mort, volonté d’échapper, (anaphore de « veut » qui domine le texte

 

dans l’axe trois nous nous demandons où situer les personnages de ce récit ? Appartiennent-ils au passé, à la tragédie, à l’épopée ou à un genre nouveau. 

K et T sont à la fois tirés du passé, de la tradition tirée d’Homère, et de la tradition du théâtre tragique, mais il y a d’autres influences dans le récit, comme la présence du seppuku, et celle de l’univers africain

ainsi, nous voyons que LG agrège diverses influences et fabrique un genre né du passé mais bien contemporain.

 

B) l’héroïsme putatif ou la lâcheté du roi nous posent un autre problème, 

ou peut penser à la lecture de ce texte que la mort du roi a un double but rendre son honneur à Katabolonga et éviter la guerre mais si l’on s ‘en tient à la thèse de rendre son honneur alors il ne faut pas que le roi donne des ordres et il ne faut pas non plus que il dise «  merci » sinon la mort du roi est inutile 

C) une mort contemporaine pour un personnage /héros contemporain On constate que Gaudé a créée un héros qui porte les contradictions de notre époque. Il pose les problèmes de l’ héroïsme : grand lâche ou grand courageux ? ni l’un  ni l’autre en réalité, c’ est une mort inutile et peu exemplaire car il éprouve de la peur des sentiments de ses proches, il parle de « ses proches » et il est impossible d affirmer que sa mort est un sacrifice pas plus que on ne peut complètement dire que c est un échappatoire Donc Gaudé s inscrit dans la lignée du héros humain et susceptible de sentiments ordinaires.

 

L’étude de ce texte nous a montré un roman qui emprunte au passé et qui réactualise et rénove tout ses ingrédients 

 

Conclusion : blabla habituel plus réponse à la question problématique. Les outils littéraires tel que le discours qui fait entendre la voix du personnage mourant et les spécificités de la réel affection qui se manifeste dans le texte montre deux amis qu' un deuil atteint et dont la souffrance nous touche

 

MÉTHODE JE N OUBLIE JAMAIS DE TERMINER MON COMMENTAIRE PAR LA RÉPONSE SYNTHÉTIQUE A LA QUESTION PROBLÈME POSE EN INTRODUCTION UN COMMENTAIRE DOIT ÊTRE CONCLUSIF C EST A DIRE QUE IL N Y A AUCUN POINT ABORDE LORS DE L’ ÉTUDE AU QUEL ON EST DONNÉ LA RÉPONSE EN FIN DE DEVOIR

Vous devez être connecté pour poster un commentaire