Les derniers jours...tx3, commentaire composé du troisième texte des "Derniers jours d'un condamné"

les derniers jours d'un condamné, Hugo, reflexion

III

Condamné à mort !
Eh bien, pourquoi non ? Les hommes, je me rappelle l’avoir lu dans je ne sais quel livre où il n’y avait que cela de bon, les hommes sont tous condamnés à mort avec des sursis indéfinis. Qu’y a-t-il donc de si changé à ma situation ?
Depuis l’heure où mon arrêt m’a été prononcé, combien sont morts qui s’arrangeaient pour une longue vie ! Combien m’ont devancé qui, jeunes, libres et sains, comptaient bien aller voir tel jour tomber ma tête en place de Grève ! Combien d’ici là peut-être qui marchent et respirent au grand air, entrent et sortent à leur gré, et qui me devanceront encore !
Et puis, qu’est-ce que la vie a donc de si regrettable pour moi ? En vérité, le jour sombre et le pain noir du cachot, la portion de bouillon maigre puisée au baquet des galériens, être rudoyé, moi qui suis raffiné par l’éducation, être brutalisé des guichetiers et des gardes-chiourme, ne pas voir un être humain qui me croie digne d’une parole et à qui je le rende, sans cesse tressaillir et de ce que j’ai fait et de ce qu’on me fera ; voilà à peu près les seuls biens que puisse m’enlever le bourreau.
Ah ! n’importe, c’est horrible !

 

 

Séance quatre

objectifs : une plaidoirie contre la peine de mort

l'importance de l'insistance:

 

a. méthodologie :

 

situation de l'extrait dans l'oeuvre

il s'agit de la prise de conscience du narrateur de son destin suivi d'une réflexion philosophique sur la différence qu'il y a entre mourir et être condamné à mort.

 

Nous notons qu'il y a dans les procédé litt de VH a une insistance anaphorique dans ces textes mais aussi de texte en texte ce qui établie donc une pulsation qui se retrouve dans l'oeuvre.

Nous pouvons rapprocher cette anaphore d'une description a thème constant dont chaque texte constitue un nouvel aspect,

dans ce texte l'aspect envisagé est que la mort ne saurait être une punition, et que la seule punition envisageable est la prison, question, s'interroge-t-il sur la douleur de la date affirmée?

sursis défini sursis indéfini?

Plutôt une fausse piste.

 

La problématique ici est donc que la peine de mort est ridicule puisque la mort attend tout le monde donc la vrai punition est la vie en prison.

 

Nous allons voir dans un premier axe que la mort n'est pas une punition et dans un deuxième axe que la vrai punition est la prison

 

axe 1. réflexion philosophique sur le caractère inévitable de la mort.

Nous voyons dans cet axe une réflexion philosophique sur la réalité de la mort pour tous et donc ce n'est pas une punition. VH reprends ici la thématique stoïcienne on ne peut craindre ce que de toute façon. VH cite son premier livre Han d'Islande. Le non est postposé, il veut choquer les gens. L'insistance passe aussi ici par la graphie qui annonce un propos définitif, c'est un argument d'autorité. On note que le paragraphe fini par une ... on a bien une réflexion théorique. Il insiste sur ce caractère inéluctable en inscrivant la vie des autres dans le temps qui lui est compté. Marqueur quantitatifs: depuis, combien, longue... c'est donc dans le laps de tps qui est compté a lui que vont s'inscrire dans les autres vies. Trois anaphores de combien? Place de grève postposé figure d'insistance, la parataxe. Intègre une polysyndete qui va donner une impressoin d'ordre et de force, il est dans l'ordre des choses de mourir. Cette phrase est la répétition anaphorique de la précédente et comprend une antithèse entre « devancé -jeune libre et saine », il y a également insistance sur la caractère cruel de ces jeune gens. Insistance du mot devancé, de combien. On note que le grand amoureux de l'asyndète use du connecteur ici « libre et sereine, » « marche et respire » au grand air, il veut donné une impression de fluidité de mouvement et de vie. Il a appliqué ici de façon lourdement démontré (mise en parallèle avec les autres textes étudier)

 

Axe 2 une seule punition possible

La réalité de la punition passe par la vie carcérale qui doit constituer un argument . Dans un premier temps Victor Hugo annonce de quoi il va parler et ensuite il le décline en divers aspects. C'est une description à thème éclaté . Il va utiliser 7 aspectualisation pour démontrer que sa vie est insoutenable ( jour sombre , nourriture, contacts humains) . l'insistance argumentative va résider dans l'asyndète qui fait de cette description une phrase unique dans laquelle le boire le manger la condition humaine tout est mélanger ; vocabulaire nettement péjoratif ( maigre, noir, sombre, rudoyer, brutaliser, tressaillir). Antithèse entre raffiné par l'éducation et être brutalisé . Les hommes qui lui sont opposés sont tous réduits à leur fonction ; galérien , garde chiourme , guichetier . L'inconfort la peur et la solitude sont les trois points mis en valeurs ici ; il nous dit donc qu'il est privé de tout ce qu'un être humain peut apprécier et que la mort a coté n'est rien . La finale est cependant exclamative et pathétique : c'est horrible

Cette argumentation s'appuie sur le caractère vain de la mise à mort puisque la mort attend tout le monde et sur la réalité de l'horreur de la condition carcérale . Cette horreur sera reprise au texte 10 ou il detaille comme il a fait ici sont lieu de vie . Comme dans les deux autres textes que nous avons étudier les outils argumentatifs s'appuient lourdement sur le pathos ( le cachot , son aspect , son horreur va être un thème récurent du livre )

 

Pour les révision notez que le texte 30 est la visite du prêtre qui va constituer un deuxième point commun avec Meursault pouvant faire l'objet de question au bac ? C'est a dire que l'examinateur peut lors de l'entretient vous demander un mise en parallèle de ces deux textes . Donc n'hésitez pas a vous constituer une fiche sur ces deux textes .

 

Mots a maitriser : Asyndète , polysyndete , pathos , apologue

Il est a noter que a aucun moment l'auteur ne nous dit la prison est une meilleur punition que la mort

L'argumentation est totalement indirecte

C'est l'exemple de sa vie qui doit constituer l'argument majeur pour le lecteur

 

 

 

Vous devez être connecté pour poster un commentaire