Sénèque, lettres à Lucillius 1

explication à cette adresse

http://www.ferrarilycee.com/rubrique,seneque-commentaires-composes,254343.html

 

SENECA LUCILIO SUO SALUTEM

 

http://membres.lycos.fr/lucilius/images/aline.gif[1] Ita fac, mi Lucili: vindica te tibi, et tempus, quod adhuc aut auferebatur aut subripiebatur aut excidebat, collige et serva. Persuade tibi hoc sic esse ut scribo: quaedam tempora eripiuntur nobis, quaedam subducuntur, quaedam effluunt. Turpissima tamen est jactura, quae per neglegentiam fit. Et si volueris attendere, maxima pars vitae elabitur male agentibus, magna nihil agentibus, tota vita aliud agentibus. [2] Quem mihi dabis, qui aliquod pretium tempori ponat, qui diem aestimet, qui intellegat se cotidie mori? In hoc enim fallimur, quod mortem prospicimus: magna pars ejus jam praeteriit. Quicquid aetatis retro est, mors tenet. Fac ergo, mi Lucili, quod facere te scribis, omnes horas complectere. Sic fiet ut minus ex crastino pendeas, si hodierno manum injeceris. Dum differtur, vita transcurrit. [3] Omnia, Lucili, aliena sunt, tempus tantum nostrum est; in hujus rei unius fugacis ac lubricae possessionem natura nos misit, ex qua expellit quicumque vult.

http://membres.lycos.fr/lucilius/images/aline.gifTraduction

http://membres.lycos.fr/lucilius/images/aline.gif1. C'est cela, mon cher Lucilius: revendique tes droits sur toi-même. Jusqu'ici on te prenait ton temps; on te le dérobait; il t'échappait. Recueille ce capital et ménage-le. Oui, sois-en convaincu, les choses vont comme je te le dis: il est de nos instants qu'on nous arrache; il en est qu'on nous escamote; il en est qui nous coulent entre les doigts. La perte, à bien parier, n'est jamais plus blâmable que lorsqu'elle provient d'incurie (lorsqu'elle est due à la négligence). Du reste, regardes-y de près: la part la plus considérable de la vie se passe à mal faire, une large part à ne rien faire, toute la vie à n'être pas à ce que l'on fait (à faire autre chose que ce qu'il faudrait).
http://membres.lycos.fr/lucilius/images/aline.gif2. Me citeras-tu un homme qui attribue une valeur réelle au temps, qui pèse le prix d'une journée, qui comprenne qu'il meurt un peu chaque jour? Telle est, en effet, l'erreur: nous ne voyons la mort que devant nous, alors qu'elle est, en grande partie déjà, chose passée. Tout ce que nous laissons derrière nous de notre existence est dévolu à (appartient à) la mort. Fais donc, mon cher Lucilius, comme tu le dis: empare-toi de toutes tes heures. Ainsi tu dépendras moins de demain, pour avoir opéré une mainmise (une saisie) sur le jour présent. Tandis que l'on diffère de vivre, la vie court (La vie court, pendant qu'on la remet à plus tard).
http://membres.lycos.fr/lucilius/images/aline.gif3. Tout est, Lucilius, hors de nous; il n'y a que le temps qui soit nôtre (Rien, Lucilius, ne nous appartient; seul le temps est à nous). Ce bien fugace, glissant est l'unique possession que nous ait départie la nature (la Nature). Nous en chasse qui veut.

 

Sénèque, Livre I, Lettre 1, §§ [1] à [3], "vult."

1.        SENECA LUCILIO SUO SALUTEM

2.         

3.        http://membres.lycos.fr/lucilius/images/aline.gif[2] Tenes utique memoria quantum senseris gaudium, cum praetexta posita sumpsisti virilem togam et in forum deductus es: majus expecta, cum puerilem animum deposueris et te in viros philosophia transscripserit. Adhuc enim non pueritia sed, quod est gravius, puerilitas remanet. Et hoc quidem pejor est, quod auctoritatem habemus senum, vitia puerorum, nec puerorum tantum sed infantum: illi levia, hi falsa formidant, nos utraque. [3] Profice modo: intelleges quaedam ideo minus timenda, quia multum metus afferunt. Nullum malum magnum quod extremum est. Mors ad te venit: timenda erat si tecum esse posset: necesse est aut non perveniat aut transeat. [4] "Difficile est, inquis, animum perducere ad contemptionem animae." Non vides, quam ex frivolis causis contemnatur? Alius ante amicae fores laqueo pependit, alius se praecipitavit e tecto ne dominum stomachantem diutius audiret, alius ne reduceretur e fuga, ferrum adegit in viscera: non putas virtutem hoc effecturam quod efficit nimia formido? Nulli potest secura vita contingere, qui de producenda nimis cogitat, qui inter magna bona multos consules numerat.

http://membres.lycos.fr/lucilius/images/aline.gifTraduction

http://membres.lycos.fr/lucilius/images/aline.gif2. Tu n'as certainement pas oublié quelle fut ta joie, lorsque, dépouillant la prétexte, tu revêtis la toge virile avant d'être solennellement conduit au forum. Ce sera bien autre chose, le jour où tu auras dépouillé ton âme d'enfant et où la philosophie t'aura fait passer au rang des hommes. Jusque-là c'est non pas l'enfance, mais, constatation plus pénible, une mentalité d'enfant; et, ce qui aggrave notre cas, c'est que, si nous avons l'autorité de la vieillesse, nous montrons les défauts de l'enfance, de l'enfance et du premier âge: l'enfant s'effraie de peu de chose; le tout-petit, de ce qui n'est point: nous faisons comme l'un et comme l'autre.
http://membres.lycos.fr/lucilius/images/aline.gif3. Avance d'un pas et tu comprendras cette vérité; la terreur qu'éveillent certains objets doit précisément diminuer nos appréhensions à leur endroit. Un mal n'est jamais grand, qui marque la fin de tous les autres. La mort vient à toi: tu devrais la craindre, si elle pouvait séjourner avec toi; mais de deux choses l'une: ou elle ne t'atteint point ou elle < te touche et > passe.
http://membres.lycos.fr/lucilius/images/aline.gif4. "Il est difficile, diras-tu, d'amener âme vivante à mépriser la vie." Ne vois-tu pas quels misérables mobiles la font mépriser? Un amant se pend à la porte de sa maîtresse; un serviteur se jette du haut du toit, pour ne plus entendre les gronderies de son maître; un esclave fugitif, pour ne pas être repris, s'enfonce une épée au ventre. Penses-tu que la vertu n'accomplira pas ce qu'accomplit l'excès de la peur? Celui-là se rend impossible la vie tranquille, qui cherche trop à continuer de vivre, qui considère comme un bien essentiel de compter à son actif une longue série de consuls.

4.        Sénèque, Livre I, Lettre 4, §§ [2] à [4],
de "Tenes utique memoria…"
à "multos consules numerat
."

 

 

Vous devez être connecté pour poster un commentaire