outils; l'oral

RAPPELS

L'oral se passe en deux temps : une préparation de 30 minutes
un oral proprement dit de 20 minutes

L'examinateur choisit un texte dans le " descriptif des lectures et activités "rédigé et signé par votre professeur puis visé par le chef d'établissement. Il vous pose une question à laquelle votre explication du texte devra répondre (première partie de l'oral, 10'). Après ces 10', il vous proposera un entretien sur l'objet d'étude, l'oeuvre complète...etc. (deuxième partie de l'oral, 10').

Le compte rendu de lecture comme l'entretien traitent d'un des " objets d'étude " étudiés dans l'année.

Rappel des objets d'étude :
1. Un mouvement littéraire et culturel français et européen du XVIème au XVIIIème siècle.
2. La poésie
3. Le théâtre : texte et représentation
4. Convaincre, persuader, délibérer : l'essai, le dialogue et l'apologue
5. Le biographique (les formes de l'autobiographie)

La réussite de l'épreuve dépend donc d'abord de la très bonne connaissance des objets d'étude.

PREMIERE PARTIE : LE COMPTE RENDU DE LECTURE

Il s'agit d'un commentaire oral d'un texte appartenant soit à un groupement, soit à une œuvre complète en rapport avec un ou plusieurs objets d'étude.
Vos remarques doivent donc contenir : une référence au texte
une analyse de la référence
une interprétation

Les outils d'analyse sont rappelés

LA QUESTION POSEE

" Cette question porte sur l'ensemble du texte. Le texte est directement rattaché à un des objets d'étude au programme de la classe de première ; sa longueur, déterminée par l'examinateur, est déterminée en fonction de sa cohérence et de sa difficulté. " (B.O. n°26 du 26 juin 2001)

Il faut analyser cette question dans les premières minutes du temps de préparation :
Se demander :
-quel(s) objet(s) d'étude est en jeu
-quelle(s) caractéristiques(s) de l'objet d'étude est plus particulièrement concernée (fonction du texte)

Il faut ensuite remobiliser vos connaissances du texte (explication faite en classe par votre professeur) et construire (ou reconstruire) un plan en 2 ou 3 parties sans viser l'étude de tous les aspects du texte mais uniquement ceux en rapport avec la question. Attention : ne plaquez pas un cours appris par cœur qui pourrait " sortir " du domaine de définition fixé par la question !

Au brouillon et sans rien rédiger, organisez vos notes selon la fiche type de l'oral proposée ici

La FICHE TYPE DE L'ORAL

INTRODUCTION

Amener le texte
En une courte phrase qui le relie au groupement ou à l'oeuvre complète
Présenter le texte
Titre/Oeuvre/Epoque/Courant
Situation dans l'oeuvre (surtout oeuvre complète)
Typologie
Résumé de l'extrait en une phrase
Lecture
Proposer des axes de lecture
Deux ou trois qui constituent le plan de votre étude

CONCLUSION

Reprise des axes de lecture (justifier)
Bilan de ce qui a été montré dans le développement
Mise en perspective
Par rapport à l'oeuvre complète, au groupement...

 

L'ENTRETIEN

Il s'agit d'un " échange " mené par l'examinateur autour du texte.

Il s'agit d'envisager les élargissements possibles à partir du texte étudié et ce dans trois directions ;
- vers l'auteur, l'œuvre complète ou le groupement de textes
- vers l'objet d'étude
- vers une réflexion personnelle

C'est donc dans ces trois directions qu'il vous faut mobiliser vos connaissances pendant le temps de préparation :

Ce que je peux dire de l'auteur, l'œuvre complète ou le groupement de textes
Epoque, courant, histoire, contexte, mots clefs

Ce que je sais de l'objet d'étude
Caractéristiques, contexte, mots clefs (précision du vocabulaire)

Mes réflexions personnelles
Point de vue, arguments, exemples (textes de la liste et lectures cursives)

 

 

LES OBJETS D'ETUDE

 

Un mouvement littéraire et culturel français et européen du XVIème au XVIIIème siècle.


L'HUMANISME - XVIème siècle
Contexte
Renaissance - Redécouverte textes antiques- Grandes découvertes scientifiques, techniques, géographiques
S'oppose à l'obscurantisme du MA. Pour des idées nouvelles.
Thèse dominante
L'homme doit être au centre de la réflexion (!Dieu) - Foi en l'homme - Quête du bonheur par recherche perfection morale et culturelle
Auteurs
Montaigne Rabelais Erasme Thomas More
Œuvres
Les Essais Gargantua Eloge de la folie Utopie
Rayonnement
La foi en l'homme sera un thème dominant des Lumières (XVIIIème) et les écrivains existentialistes du XXème (Sartre, Camus) revendiqueront un héritage humaniste.
Mots clefs
Honnête homme (vertueux et sociable) - Pédagogie - Concilier textes antiques et christianisme - Enthousiasme - Progrès


LE BAROQUE - XVIème
Contexte

Politique et économique perturbé - Guerres de religion (réforme/catholicisme) - Europe divisée
Thèse dominante
Face à l'inconstance humaine, les baroques revendiquent excès, liberté, mélange des registres, exubérance des formes, liberté dans leurs actions et leur imagination.
Auteurs
Hardy (T) Théophile de Viau (T) Honoré d'Urfé ® Cyrano de Bergerac ®burlesque Scarron ®burlesque Mathurin Régnier Agrippa d'Aubigné (P) Malherbe (P) Saint-Amant (P) Tristan L'Hermite (P)
Œuvres
Pyrame et Thisbé L'Astrée Satires
Rayonnement
Le baroque a libéré la création litt. et art.
On emploi parfois l'adjectif pour désigner des textes postérieurs irréguliers, qui jouent avec certains des thèmes du baroque.
Mots clefs
Mouvement. Inconstance. Variété. Mélange. Mort. Souffrance. Libertin. Liberté.

LE CLASSICISME - XVIIème
Contexte

Le siècle de Louis XIV (1643-1715) - Première moitié de règne faste (à1685 révocation Edit de Nantes) - Monarchie absolue. Monarque éclairé (arts).
Thèse dominante
L'ordre, l'équilibre sont seuls capable d'atteindre la perfection d'où nécessité de règles rigoureuses et autoritaires.
Auteurs
Corneille Molière Racine Mme de Lafayette La Fontaine Bossuet Boileau La Rovhefoucauld
Œuvres
Le Cid Don Juan Phèdre La Princesse de Clèves Fables Sermon sur la mort Art poétique Maximes
Rayonnement
Parfois contesté par la suite pour sa rigidité, l'esprit classique a dominé jusqu'aux romantiques qui le remettent en question (XIXème) .
Mots clefs
L' " honnête homme ". La règle des trois unités. Bienséance. Religion et droit divin. Alexandrin classique. Tragédie et comédie.

LES LUMIERES - XVIIIème
Contexte

Montée en puissance de la bourgeoisie qui s'enrichit, réaction aux persécutions religieuses et à la censure monarchique…
Thèse dominante
Toute vérité, fut-elle religieuse ou politique, nécessite l'examen par la raison avant d'être admise. L'homme se libérera par la connaissance et le raisonnement (cf l'Encyclopédie). Certains combats méritent d'être menés pour le progrès de la civilisation : contre la guerre, l'esclavage, la torture, l'emprisonnement arbitraire…
Auteurs
Voltaire Diderot Montesquieu Rousseau Marivaux Beaumarchais
Œuvres
Candide
Dictionnaire philosophique Jacques le fataliste
L'Encyclopédie (collectif) Lettres persanes Les Confessions Le jeu de l'amour et du hasard Le mariage de Figaro
Rayonnement
Déclaration de l'indépendance des Etats-Unis (1776) - Révolution française - Rôle prépondérant de la raison - Affaiblissement des pouvoirs religieux.
Mots clefs
Raison. Méthode scientifique. Liberté de penser. Liberté de culte. Progrès. Civilisation. Libre examen.

 

 

La poésie

1. Voir le cours de Versification
2. La question de la modernité en poésie.

Le poème en prose apparaît au XIXème siècle. Certains poètes éprouvent le besoin de se libérer de la rime pour mieux peindre la vie moderne. Si les rimes ont disparu, les images, les rythmes, les jeux sur les sonorités demeurent. Le plus connu : Baudelaire, Petits poèmes en prose.

Les poèmes en vers libres utilisent des vers de longueurs différentes, abandonnent parfois la ponctuation. Blaise Cendrars : La prose du transsibérien

Les poèmes ouverts :
Le poème graphique utilise la disposition des vers pour représenter graphiquement un dessin : Apollinaire, Calligrammes
Le poème déconstruit alterne vers et blancs typographiques ce qui permet de mettre en valeur les mots et de souligner des rapprochements : Reverdy, La guitare endormie
Le poème concentré, court, inspiré du haïku japonais, il exprime avec précision et brièveté un instant, une idée : Philippe Jacottet, Airs

 

Le théâtre : texte et représentation

1. Vocabulaire

La double énonciation désigne le fait que chaque répliques est simultanément destinée à un personnage et au lecteur/spectateur.
Les didascalies désignent les indications scéniques (gestes, ton, déplacements…) ; ils s'adressent au lecteur ou au metteur en scène et ne sont pas dits par les acteurs.
La tirade est une longue réplique dite par un personnage qui n'est pas seul en scène.
Le monologue est une réplique d'un personnage seul en scène (ou qui se croit seul)
L'aparté est une réplique dite par un personnage en présence d'un autre qui ne l'entend pas
La stichomythie est une succession de courtes répliques témoignant d'un échange vif.

2. Etudier les personnages

Le personnage " traditionnel " traverse l'histoire du théâtre (ex : Arlequin)
Le personnage d'invention est le produit de la création d'un auteur qui peut le réutiliser dans plusieurs scènes (ex : Figaro)
Le personnage historique est emprunté à l'Histoire réelle et une partie de sa vie est réécrite par l'auteur (ex : Lorenzaccio)
Le personnage type s'identifie à un trait de caractère (l'avare), à un statut social(le valet), à une catégorie (le jeune premier)
Le personnage complexe n'entre dans aucune des catégories précédentes et c'est son originalité, son univers propre qui fait son intérêt (ex : Don Juan)
Le personnage anonyme du théâtre contemporain n'est pas très bien identifié, sa justification relève du seul propos de la pièce (H1 dan Le Silence de N.Sarraute)

Un personnage peut être étudié en fonction de :
Sa catégorie
Ses apparitions, leur fréquence, leur longueur
Ses relations avec les autres personnages
Sa place dans le schéma actanciel (sujet en quête d'un objet incité par un destinateur aidé par un adjuvant et opposé à un opposant).
Son langage

3. Etudier l'action dramatique

On étudiera :

L'exposition présente, au début de la pièce, le lieu, l'époque, les personnages, la situation…
Le nœud constitué des principaux événements qui font évoluer l'action.
Le dénouement qui résout la crise à l'origine de l'action.
Le temps de l'intrigue
Le temps de la représentation
L'espace (le ou les lieu(x))

4. Les fonctions du théâtre

Divertir, instruire, se connaître…

5. Les genres dramatiques

La tragédie classique, la comédie classique, le drame romantique…

6. La représentation théâtrale

Antiquité Amphithéâtres
Moyen âge Sur le parvis des églises, sur les places publiques
XVIème à XVIIIème A la cour, dans des théâtre subventionnés par le roi
XIXème/Xxème Dans des théâtres publics ou privés


La mise en scène est devenue au XXème siècle une re-création des pièces.
Pour l'étude d'un passage, on essaiera toujours d'imaginer le jeu des acteurs et de le mettre en relation avec le texte.

 

Convaincre, persuader, délibérer : l'essai, le dialogue et l'apologue


Les outils de l'argumentation voir


Convaincre ou persuader ?
Pour convaincre le locuteur organise son argumentation comme une démonstration logique et argumentée, fondée en raison.
Pour persuader, le locuteur appuie son argumentation sur l'émotion afin d'émouvoir, de séduire ou d'effrayer le destinataire.

Délibérer ?
Il s'agit d'une confrontation de deux opinions pour parvenir à un accord ou à un constat de différend. L'opinion n'est arrêtée qu'à la fin de la confrontation.

L'essai
Il présente une pensée personnelle, propose un éclairage original sur un sujet, des pistes de réflexion…
Il laisse paraître les marques d'un jugement personnel (1ère personne, évaluatifs, modalisateurs….)

Le dialogue
Depuis les dialogues philosophiques de l'Antiquité, le dialogue est la forme privilégiée de la délibération car il permet l'affrontement des idées. Son issue est marquée par une opinion synthétique qui résulte de la confontation.
Dans les échanges, on remarque tantôt l'assentiment (accord avec ce qui a été dit), tantôt la contradiction (désaccord) et tantôt la concession (reconnaissance partielle de ce qui a été dit).
Dans l'échange, les interlocuteurs s'interpellent par l'apostrophe (nomme celui à qui on s'adresse pour forcer son attention ou le faire réagir), l'exclamation (expression d'une émotion) ou la question oratoire (fausse question qui induit la réponse).

L'apologue
Récit imaginaire, court et plaisant, qui vise à démontrer une vérité morale. (à la fois narratif et argumentatif, donc)
Diversité formelle : parabole, conte philosophique, fable, utopie…

 

Le biographique (les formes de l'autobiographie)

Le biographique propose le récit d'une vie
Le récit peut être

chronologique jusqu'à la mort du sujet ou jusqu'au moment de l'écriture.
limité à une période

Le narrateur et l'auteur se confondent dans l'écriture biographique. Le " il " est utilisé.
Le narrateur, l'auteur et le personnage principal de confondent dans l'écriture autobiographique. Le " je " est employé. On distinguera néanmoins le " je " personnage du " je " autobiographe.

Le temps du récit se distingue du temps de l'écriture. Cet écart doit toujours faire l'objet d'une analyse. Il permet l'alternance du récit et du discours.

Pourquoi écrire son autobiographie ?
Pour de connaître…
Pour expliquer, se justifier, donner sa version…
Pour témoigner…

On distinguera l'autobiographie de l'autobiographie romancée et de l'autobiographie imaginaire.

Les mémoires proposent la chronique d'une époque tout en inscrivant dans le déroulement du récit son propre destin.

Le journal intime est constitué de notes prises au jour le jour. Spontanéité (feinte ou réelle) prennent le pas sur la réflexion approfondie.


 

 

Vous devez être connecté pour poster un commentaire