Le tueur, impressions

 

 

Le tueur de douleur ou le parcours d'un initié

Pierucci, dont la ruguosité phonétique évoque inmanquablement les aspérités de la pierre brute, n'a de cesse de cheminer vers la pierre plus noble, « l'alta rocca », la clé de voûte de l'édifice,  son propre temple qu'il érige dans la douleur. Quelle autre signification attribuer aux pierres cachées qu'il s'efforce patiemment de retrouver afin de reconstruire le sanctuaire détruit? Pas étonnant que son itinéraire le conduise à Lévie (la voie) au solstice d'hiver, au moment où la lumière renaît dans les ténèbres.

Puisque nous parlons d'initiation, il suffit de suivre les traces du tueur pour revivre les voyages auxquels étaient conviés les récipiendaires des anciens mystères: l'épreuve de la terre (le 1er assassinat chronologiquement parlant), le voyage de l'air (le 2nd), le châtiment punissant les parjures à leur serment (3ème), le voyage de l'eau et celui du feu. Et les deux meilleurs ennemis qui s'entretuent, me direz-vous? Il n'est de pire adversaire que celui que l'on contemple dans le miroir. Cette parenthèse préfigure le destin de Pierucci à la fois tourné vers son pire ennemi, lui-même, hanté par un passé qui le dévaste, et possédant également le terrible don de prévoir des lendemains terribles.

Offrant le double visage du passé et du futur, il évoque de fait le dieu latin Janus, qui nous a légué le mois de janvier (encore l'hiver) ...et Saint Jean. Lequel? De toute évidence celui qui annonce que la lumière luit au milieu des ténèbres, l'Evangéliste, celui dont se réclamaient les Giovannali, ...entre autre.

J'allais oublier, l'impétrant ne peut cheminer seul au milieu des obstacles, il lui faut un guide et des lumières: le guide, ce sera le tueur, les lumières, souvent féminines dans les initiations antiques, au nombre de trois: Sophia (la sagesse), Isabelle (la beauté), et quant à Santa nous l'appelerons peut-être « la force ».

Pour ce qui est de Dante, je crois que votre héros s'est peu à peu redressé pour enfin parvenir enfin devant la porte étroite. Frappez et on vous ouvrira, Evangile selon Saint ...(Eric) Matthieu.

Je crois qu'il me tarde de lire « L'obscure patience de la cellule ».

Très cordialement (j'allais user d'un autre adverbe),

Serge Martin

 

Vous devez être connecté pour poster un commentaire